Le syndicat UNSA des territoriaux de Côte d’Or défend, informe et accompagne les agents territoriaux de l’ensemble des collectivités territoriales et établissements publics affiliés au Centre de Gestion de la Côte d’Or.

Attractivité de la Fonction Publique

La conférence sur les perspectives salariales s’est poursuivie le 27 octobre par une réunion sur l’attractivité de la Fonction Publique. L’UNSA a développé ses conceptions pour la renforcer.

L’attractivité est un véritable enjeu pour l’avenir de la fonction publique. Pour l’UNSA, cet enjeu passe obligatoirement par une amélioration des rémunérations de tous les agents de la fonction publique, qu’ils soient contractuels ou fonctionnaires, qu’ils exercent dans une collectivité, un établissement hospitalier ou dans la fonction publique de l’État.

Augmenter toutes les rémunérations

Dans le contexte actuel de forte reprise de l’inflation, une autre politique salariale est indispensable. Pour l’UNSA, elle passe par la revalorisation régulière de la valeur du point d’indice afin de garantir les revenus des agents, lutter contre le déclassement et mieux les reconnaître.

Pour l’UNSA, les travaux de cette conférence doivent concerner les trois versants. Ainsi, par exemple, nous mesurons les difficultés pour recruter ou fidéliser des agents dans les hôpitaux ou les établissements médico-sociaux.

Le constat est simple : sur certains métiers ou fonctions, il y a une forte concurrence entre les secteurs public et privé car il n’y a pas assez de personnes formées sur le marché du travail. L’UNSA rappelle que la rémunération et les conditions d’emploi et de travail deviennent, alors, des facteurs déterminants. Il y a donc nécessité et urgence à améliorer les traitements ainsi que les déroulements de carrière des agents publics.

Quelles sont les raisons qui font qu’un jeune choisisse d’exercer dans la fonction publique ? Qu’un plus ancien entre ou reste dans la fonction publique ?

Évidemment, les réponses seront différentes selon les catégories des agents (C, B ou A), selon les lieux d’affectations et selon les rémunérations servies au moment du recrutement ou en milieu. de carrière. Elles reposent aussi sur une amélioration de l’image de la fonction publique et des conditions d’exercice.

Pour l’UNSA, les employeurs de la fonction publique doivent offrir des perspectives de carrières, les expliquer aussi bien pour les titulaires que pour les contractuels. Cela passe donc par  une autre politique de GPEEC (gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences), par un renforcement des politiques de ressources humaines et par un meilleur accompagnement des agents tout au long de leur carrière.

Toutes les enquêtes montrent que la grande majorité des agents sont  fiers de leur mission au service de l’intérêt général. Par contre, souvent ils constatent qu’ils ne sont pas assez soutenus et reconnus.

Pour améliorer l’attractivité de la fonction publique, l’UNSA propose d’agir, également :

  • sur les conditions et l’organisation du travail,
  • sur la qualité de vie au travail,
  • sur les moyens donnés aux agents pour exercer leurs missions,
  • sur la qualité des locaux professionnels,
  • sur l’autonomie donnée pour accomplir leurs missions,
  • sur l’égalité professionnelle,
  • sur le renforcement de l’action sociale (accueil des jeunes enfants, par exemple).

Elle propose une réflexion sur l’organisation hiérarchique afin de renforcer les équipes et les collectifs de travail.

Une nécessité : pourvoir tous les postes, partout, sur tous les territoires

L’UNSA estime qu’une réflexion doit s’ouvrir pour aborder la fidélisation sur les postes. Le service public doit être accessible facilement et partout.

Les réponses sont probablement statutaires et financières. Elles devront être adaptées selon les zones géographiques. Elles pourraient aussi s’appuyer sur une nouvelle politique de logement pour les agents publics et d’accompagnement lors de leur nomination ou prise de poste.

De plus, l’UNSA demande un bilan des dispositifs mis en place récemment comme les concours nationaux à affectation locale ou comme le versement de fortes primes dans le département de la Seine-St-Denis.

Une conférence sur les perspectives salariales en cinq temps

Après cette réunion d’octobre sur l’attractivité, les discussions se poursuivront mensuellement :

  • en novembre, autour de l’égalité professionnelle femmes/hommes
  • en décembre, autour des carrières et des parcours professionnels
  • en février, autour des recrutements sur contrat et les contractuels
  • en mars, sur les sujets encore non abordés et pour les premières restitutions.

Tout en sachant qu’aucune mesure immédiate n’en résultera, l’UNSA Fonction Publique participera à ces groupes de travail. Elle portera à nouveau ses revendications sur les rémunérations qui doivent être fortement augmentées et les carrières de la fonction publique qui doivent offrir de meilleures perspectives. 

Elle ne cautionnera pas une restitution des travaux qui ne tiendrait pas compte de ses propositions et serait a contrario un recueil de pistes pour affaiblir la fonction publique. Les 5,5 millions d’agents publics et les Français attachés aux services publics le valent bien. 

Pierre D’ANDREA