Le syndicat UNSA des territoriaux de Côte d’Or défend, informe et accompagne les agents territoriaux de l’ensemble des collectivités territoriales et établissements publics affiliés au Centre de Gestion de la Côte d’Or.

Avec les vacataires on touche le fond de la précarité de l’emploi public et des « sans droit »

À l’UNSA Territoriaux, nous avons décidé d’agir et de saisir la Ministre de la Fonction publique par l’intermédiaire d’un parlementaire. Nous considérons qu’il est de notre devoir de faire cesser ce qui relève d’une précarisation institutionnelle, incompatible avec les valeurs de la République.

La part des contrac­tuels dans la Fonction publi­que ter­ri­to­riale s’élève à plus du quart de l’effec­tif total et les der­niè­res mesu­res légis­la­ti­ves adop­tées par le gou­ver­ne­ment vont faire explo­ser ce chif­fre dans les années qui vien­nent. La plu­part des contrac­tuels sont placés dans une situa­tion d’ins­ta­bi­lité qui ne leur permet pas de se pro­je­ter et de dis­po­ser de reve­nus régu­liers. Outre le carac­tère incer­tain de leur emploi , leurs droits sont limi­tés et conte­nus pour l’essen­tiel dans le décret 88-145 modi­fié du 15 ­fé­vrier 1988 rela­tif aux contrac­tuels.

Parallèlement, se déve­loppe une nou­velle caté­go­rie d’agents «sans droit» à savoir les «vaca­tai­res» qui occu­pent des emplois bien réels mais pré­ca­ri­sés par cer­tains élus qui n’ont d’autres valeurs que l’inhu­ma­nité. Leur rému­né­ra­tion qui est établie sur la base de vaca­tions for­fai­ti­sées ne tient pas compte des heures effec­tuées et n’est pas régu­lière, le tout n’étant pas enca­dré par la Loi. Chacun sait qu’il n’y a pas d’ins­pec­tion du tra­vail dans les col­lec­ti­vi­tés et que cer­tains élus sans scru­pule en pro­fi­tent!

Téléchargez la ques­tion écrite au Gouvernement

Voir aussi : Le com­mu­ni­qué de presse UNSA Territoriaux